La technique

Les techniques du Qwan Ki Do

En raison de sa double origine, le Qwan Ki Do présente une grande richesse de techniques :
• Les attaques de poings, de pied, les blocages,
• les balayages, projections, ciseaux (volant et au sol),
• les techniques de saisie, torsion et immobilisation des membres (clés),
• la lutte vietnamienne,
• les techniques zoomorphiques,
• les armes.
Stacks Image 380
Stacks Image 408
Stacks Image 410
Du courant chinois, nous trouvons trois écoles principales.
L’Ecole SHAO LIN ou TIEU LAM, dans laquelle se retrouve une grande variété de techniques, dont de nombreux coups de pied sautés ou encore les techniques de CHIN NA ou CAM NA.
L’Ecole WO MEI ou NGA MI, de la montagne Wo Mei Shan, regroupe de nombreuses techniques de saisie et de projection, ainsi que les techniques basées sur l’observation des animaux.
Enfin, l’Ecole TANG LANG ou DUONG LANG, caractéristique du sud de la Chine et de l’ethnie Hakka, est basée sur l’imitation de la mante religieuse, avec des attaques rapides des membres supérieurs, visant à percuter les points vitaux, ainsi qu’à luxer les différentes articulations.
Stacks Image 423
Les écoles vietnamiennes, quant à elles, sont réputées entre autres, pour les ciseaux volants, ainsi que pour la boxe libre utilisant les coudes, les genoux, sans oublier les tibias.

Le pratiquant de Qwan Ki Do doit aussi apprendre à renforcer son corps, petit à petit. Les coups sont progressivement portés en fonction du grade, et des années d'apprentissage.
Stacks Image 439

TÂM THÉ

En parallèle à cet enseignement, le Qwan Ki Do propose de la gymnastique Tâm Thê favorisant la circulation énergétique et le relâchement musculaire
Stacks Image 416

LES ARMES

Concernant les armes traditionnelles, la complémentarité sino-vietnamienne existe aussi. Du courant chinois se retrouve la pratique des 18 armes traditionnelles, dont le bâton, le tri-bâton, la chaîne, la lance ou les crochets-sabres. Les armes vietnamiennes, comme celles d’Okinawa, sont davantage d’origine agraire : Long Gian (Nunchaku), Moc Can (Tonfa), ainsi que But Chi (Bêche volante) et truelles, plus typiquement vietnamiennes.
Stacks Image 452
Stacks Image 470
Stacks Image 463

La compétition

En Qwan Ki Do, la compétition est considérée comme un moyen de tester les réflexes et l'efficacité du vo sinh face à un adversaire.
Elle est permise dès l'âge de 7 ans aussi bien en assaut qu'en technique (quyên), à mains nues ou avec armes traditionnelles (uniquement pour les pratiquants majeurs).
La compétition n'est pas une fin en soi, elle est ponctuelle dans la vie d'un pratiquant. L'objectif, sans la renier, n'est pas la victoire mais le chemin sur lequel le pratiquant se sera engagé pour y parvenir.
Stacks Image 1351
Stacks Image 1413

Les stages

Plusieurs fois par an, les pratiquants de Qwan ki Do se réunissent à l'occasion de stages ou de formations dirigés par les directeurs techniques des organisations nationales et par le fondateur de l'art : Maître Pham Xuan Tong.
Ces entraînements sont ouverts à tous les pratiquants. Des cours destinés aux enfants, aux femmes, aux ceintures noires autorisent un travail par niveau et facilitent l'assimilation des techniques présentées.
Des cours de formations sont proposés aux enseignants. Ils peuvent ainsi approfondir les programme d'enseignement, perfectionner leur technique personnelle et améliorer leur pédagogie.
Photo de stage

Les enfants

Peu d'enfants résistent au plaisir de découvrir un art martial : sport d'équilibre et complémentaire des activités de plein air, il convient à tous, petits et grands. La durée de l'entraînement est plus courte, l'atmosphère plus détendue bien que le même cérémonial et la même discipline soient respectés. Aucune violence dans leur évolution mais une recherche constante de l'équilibre, de la perfection du mouvement, de la beauté et de l'efficacité de l'enchaînement avec un profond respect du partenaire.
Stacks Image 1372
Stacks Image 1376
Stacks Image 1374

AU FÉMININ

Le Qwan Ki Do convient également aux femmes. Le style de souplesse et de beauté adopté lors des entraînements vise avant tout à l'harmonie du corps.
Les techniques défensives et offensives abordées arment la pratiquante de réflexes pouvant se révéler très efficaces en cas de danger.
Pour celles qui ne souhaitent pas pratiquer le qwan ki do, vous pouvez essayer notre cours de self-défense (voir les horaires ici) afin d'apprendre les techniques de bases, voir même plus, pour apprendre à se défendre !
Stacks Image 1406
Stacks Image 1408